Il y a quelques années, j’ai croisé un vieil ami avec qui j’avais l’habitude de consommer des drogues. Depuis 1972, avec sa femme Susanne, nous avons passé une bonne partie de notre vie à nous droguer. Susanne et moi-même avons réussi à échapper à cette addiction en 1996, mais mon ami Jean-Marc n’a malheureusement pas eu cette chance.
Quand je l’ai vu, il me paraissait être à l’article de la mort. Après une longue étreinte, je l’ai regardé dans les yeux. J’ai vu des larmes couler. Il m’a dit combien j’avais l’air bien et combien il était fier que je sois sobre. Je l’ai regardé bien en face et lui ai dit: «Jean-Marc, tu n’es pas obligé de vivre comme ça». Il m’a regardé à son tour et avec un air perplexe, il a relevé sa tête et m’a dit: «Je ne sais pas, personne ne m’avait jamais dit ça avant». Jean-Marc ne connaissait pas d’alternative. Mais il y a une bonne nouvelle, personne n’est contraint d’être l’esclave d’une addiction, quelle qu’elle soit!
Certaines personnes cherchent toute leur vie à se libérer de la souffrance. Cette dernière se manifeste sous différentes formes (émotionnelle et physique), l’addiction est souvent un moyen d’y échapper. Croyez-le ou non, elle est souvent une réaction face aux difficultés. Les mécanismes que nous utilisons pour faire face à la vie peuvent se présenter sous deux formes: abus de substances ou abus de personnes, mieux connus sous les termes de toxicomanie ou d’addiction comportementale.
Parmi les substances les plus consommées on trouve les amphétamines, l’héroïne, la cocaïne, l’alcool et la caféine ainsi que des analgésiques prescrits sur ordonnance. Les addictions comportementales sont beaucoup plus diversifiées et plus complexes. Elles se manifestent de différentes façons, allant des jeux de hasard à la colère, de l’addiction sexuelle à la jalousie, des commérages, à l’addiction aux médias, de l’addiction à la nourriture au surmenage ou encore tout autre type de comportement que des personnes pourraient développer pour échapper à la réalité.

L’origine du problème
On trouve souvent les origines de la toxicomanie dans l’enfance. Même si vous n’en êtes pas conscient, votre cerveau a développé son propre système chimique pour lui permettre d’affronter la vie avec ses aléas au cours de la petite enfance. Si ce système ne s’est pas développé à son plein potentiel pour quelque raison que ce soit (violences physiques, violences verbales, négligence, abus sexuels, etc.) vous pourriez être amené à chercher d’autres moyens pour faire face à la vie. Il se peut que vous vous trouviez dans cette situation en ce moment, sans même le savoir, essayant de traiter des cicatrices émotionnelles du passé. Vous cherchez à soulager une douleur par un comportement ou une substance que vous savez être néfaste pour vous, mais qui reste la seule chose qui puisse vous soulager. Et vous dites dans votre cœur: «Quelqu’un pourrait-il m’aider»? C’est ma seule solution pour affronter la vie.» Parfois, vous ne pouvez même pas identifier la douleur et les problèmes que vous fuyez et c’est exactement pour cette raison qu’il est si difficile de se débarrasser de ce type de dépendance.
Il existe un autre type d’addiction, celle qui consiste simplement à laisser libre cours à ses passions naturelles. Cette dépendance peut être aussi forte que les dépendances «classiques».
N’importe quelle dépendance peut sembler être un cas désespéré, et croyez-moi, cher lecteur, je suis passé par là. Vous êtes l’esclave de votre addiction, et n’êtes plus du tout maitre de la situation, jusqu’au point où c’est votre dépendance qui vous dicte votre comportement. Pour couronner le tout, chaque fois que vous prenez une décision pour ou contre un comportement addictif, des connexions neuronales sont formées, qui plus tard, conforteront ces dépendances.

Obtenir la victoire
Mais comment pouvons-nous changer les mécanismes qui nous permettent de faire face à la vie? Ou comment pouvons-nous sortir des routines qui se sont gravées de façon si profonde dans notre cerveau à’cause d’une habitude sensuelle? Comment pouvons-nous construire dans nos esprits un nouvel avenir pour nous-mêmes? Répondre pleinement à cette question pour chaque individu dépasserait les limites de ce petit tract.
Chaque cas est unique et une grande partie de votre processus de guérison nécessite une attention et des conseils individuels. Vous pourrez trouver des pistes à la fin de ce tract. Mais la première étape, qui est la même dans tous les chemins pour une guérison totale, est de reconnaître que vous n’avez pas à vivre avec la toxicomanie et de savoir où on peut trouver la solution.
Nous avons tous un Père céleste, qui ne souhaite pas que nous vivions enchaînés par nos dépendances. Il veut que nous vivions une vie libre, heureuse et saine. Il veut que nous apprenions à laisser notre passé où il est, dans le passé. Il veut nous aider à affronter la vie. Il veut tellement ces choses pour nous qu’il nous a donné son Fils, et à travers ce cadeau, il nous a donné toute la puissance nécessaire pour échapper aux chaînes qui nous lient. Écoutez sa promesse: «Aucune tentation ne vous est survenue qui n’ait été humaine, et Dieu, qui est fidèle, ne permettra pas que vous soyez tenté au-delà de vos forces; mais avec la tentation il préparera aussi le moyen d’en sortir, afin que vous puissiez la supporter» (1 Corinthiens 10:13). La liberté est possible, et même assurée! Dieu peut briser le cycle de la dépendance dans votre vie! Il est «capable de sauver de l’extrême ceux qui viennent à Dieu par Jésus» (Hébreux 7:25).
L’échec répété  vous a-t-il fait perdre tout espoir? Si vous vous concentrez sur vos échecs, vous serez découragé, mais la recherche de Dieu et la foi en sa puissance ramènent les problèmes dans la bonne perspective.
Regardez la réalité en face. Vous êtes la personne à qui vous avez tendance à faire le plus confiance. Le problème est que nous avons prouvé maintes et maintes fois que nous ne faisons pas un très bon travail dans la gestion de nos vies. Pour être franc, nous faisons confiance à la mauvaise personne. La Bible dit «confie-toi dans le Seigneur de tout ton cœur et ne t’appuie pas sur ta sagesse» (Proverbes 3:5). Dieu dit cela pour une raison. Il sait que notre sagesse est défectueuse, il sait que nous sommes émotionnellement marqués, Il sait que nous faisons le mieux que nous pouvons, mais Il sait aussi que nous avons besoin de lui et de sa puissance, sans quoi notre espérance et notre motivation sont vaines. Il a une nouvelle voie tracée pour nous, un plan pour remplacer les mauvais comportements par des bons, un plan pour réparer les connexions neuronales dans le cerveau. Dieu souhaite œuvrer pour notre bien, il recherche ce qui est avantageux pour nous.
Pendant sa vie sur terre, Jésus a demandé à un homme aveugle: «Que veux-tu que je fasse pour toi?» (Marc 10:51). L’aveugle lui a répondu: «Je veux voir de nouveau.» Jésus demandait à l’homme s’il voulait être en bonne santé, et aujourd’hui, sa question s’adresse à vous, cher lecteur. Vous n’êtes pas obligé vivre de cette façon.
Souhaitez-vous être libre? Alors, consultez les liens disponibles sur notre site internet! Ainsi, vous pourrez de nouveau prendre les choses en main et avancer vers la liberté et la paix! À vous de relever ce défi…

SE LIBÉRER DES ADDICTIONS